Soutenez le PS

Adhérez au PS

Le parti centriste suédois

Maud Olofsson quitte la direction du parti centriste suédois après plus de dix années à sa tête

Elle est contestée depuis quelques années à la tête du parti notamment à cause de ses positions en faveur du nucléaire. En réalité, ses détracteurs lui reprochent sa loyauté non critique envers les autres partis de la coalition. L´identité centriste tend à se diluer au sein de cette coalition au profit des Conservateurs. Maud Olofsson joue un rôle de premier plan au sein de ce parti depuis 1974. Elle est entrée au bureau national en 1996 et a pris la tête du parti en 2001 avant d´être élue au Parlement en 2002. Elle a été ministre de l´entreprise et de l´innovation en 2006 avant d´être confirmée à ce poste au lendemain des élections législatives de septembre 2010 qui ont pourtant enregistré un recul des centristes.

L´identité centriste en Suède

Le parti centriste était un parti agrarien au départ et a participé à des gouvernements sociaux-démocrates dans les années 1950. Les années 1970 ont vu une percée considérable de ce parti en raison de sa résistance au nucléaire et de son engagement écologiste sous la direction de Thorbjörn Fälldin. Le parti a pu séduire 25% des électeurs et orchestrer une alternative « bourgeoise » à la domination social-démocrate. Au début des années 1990, le parti subit un déclin et quitta le gouvernement conservateur de Carl Bildt en raison de son opposition à la construction du pont Öresund reliant Malmö à Copenhague.
Les centristes initièrent une collaboration avec le gouvernement social-démocrate de Göran Persson avant que Maud Olofsson ne change de stratégie.

Le centre-droit

En 2004, à Högfors, une coalition de partis (l´Alliance) fut fondée avec les centristes, les chrétiens-démocrates, les conservateurs et le parti libéral. Depuis cette époque, les centristes sont à droite.

Si on regarde les évolutions de ce parti, on constate qu´il a autant participé à des gouvernements de gauche que de droite. Contrairement aux centristes en France, le parti centriste suédois a pu cultiver son indépendance en orientant la politique nationale. Le virage pris par Maud Olofsson depuis 2004 pourrait s´achever prochainement si la désaffection des électeurs s´amplifiait.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.