Soutenez le PS

Adhérez au PS

Élections présidentielles: trouver une croissance partagée

Retours sur la réunion publique de présentation du programme de François Hollande à Stockholm le 16 mars 2012

Source de l´article: http://www.axellelemaire.eu/2012/04/elections-presidentielles-trouver-la-croissance-partagee/#more-1383

 

En Suède aussi, les Français s’intéressent à l’élection présidentielle. Une réunion animée par Christophe Premat et consacrée à la présentation du programme de François Hollande a fourni l’occasion d’un débat chaleureux concernant les enjeux des prochaines élections. Comme lors de ma dernière visite à Stockholm, la réunion s’est tenue à l’ABF, une Université Populaire suédoise qui accueille régulièrement des séminaires et conférences, et plus précisément dans la salle Per-Albin Hansson du nom du dirigeant social-démocrate suédois qui avait lancé le concept des « maisons du peuple » (Folkhem) en 1928. Ces institutions ont joué un rôle important dans la construction de la société suédoise, en complétant l’équation qui a façonné pendant des dizaines d’années la stabilité du pays grâce à un équilibre entre négociations au sein du monde du travail, système de protection sociale étendue et éducation populaire. Le symbole est important : si la social-démocratie européenne doit aujourd’hui se ressourcer pour se renouveler, elle ne doit pas pour autant oublier ses racines. Un grand merci à Christophe et notre équipe pour l’organisation de cet événement dont vous trouverez ci-dessous le compte-rendu, et qui illustre une fois encore que le changement en France et à l’étranger, c’est maintenant !

Christophe Premat a d’abord exposé la dynamique du programme de François Hollande, qui poursuit comme finalité la croissance partagée grâce à des investissements stratégiques et un mécanisme de redistribution plus juste, dans un système respectueux des citoyens et des institutions.

Christophe a expliqué que le projet du candidat socialiste emporte d’abord des conséquences institutionnelles, avec la recherche permanente d’un État impartial, l’introduction d’un statut pénal du chef de l’État pour garantir un équilibre entre immunité et responsabilité, un mode de nomination plus neutre des membres du Conseil constitutionnel, un renforcement des prérogatives du Parlement, un engagement clair sur le non cumul de mandats et la fin des députés-maires, et une méthode gouvernementale renouvelée (réorganisation de ministères en pôles avec l’affichage des priorités que sont l’éducation, la sécurité et la justice). Puis, les modalités de mise en œuvre de la croissance partagée ont été évoquées : l’accroissement du rôle des collectivités territoriales dans la recherche de la croissance pour être au plus près des citoyens et des acteurs économiques, l’accompagnement des PME (notamment dans la recherche de financements et la décision de se tourner vers l’international), et l’approfondissement de la décentralisation et de la régionalisation économique. C’est une évidence : l’État ne peut pas être partout, surtout à l’heure où la dette publique représente plus de 85% du PIB du fait de politiques macro-économiques et budgétaires inconsidérées.

 

Le rôle de l’État dans l’économie doit aussi être repensé. Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, la machine étatique est intervenue pour soutenir les amis ou jouer aux pompiers. François Hollande défend l’idée d’un Etat stratège, qui sait prévoir, élaborer une stratégie économique sur le long terme et cibler ses investissements dans les secteurs où une croissance est possible (développement durable et énergies renouvelables, transition industrielle vers les secteurs porteurs et innovants, équipement haut débit, entre autres). La politique fiscale à destination des entreprises doit répondre à la même logique, et non servir uniquement les intérêts d’un cercle restreint de privilégiés : progressivité selon la taille, réorientation des crédits d’impôt-recherche pour favoriser les PME, incitations fiscales auprès des entreprises qui investissent en France.

Pour finir, et avant d’ouvrir les questions à la salle qui lanceront un débat fructueux, Christophe a parlé des grands défis du monde, notamment en Europe : ajout au traité consacré à la discipline budgétaire (qui n’apporte aucune nouveauté et aucune solution à la crise actuelle) d’un volet relatif à une croissance européenne concertée, taxe sur les transactions financières, agence publique européenne de notation, redéfinition du rôle de la Banque centrale dans la mutualisation des dettes et l’émission d’euro-obligations, entre autres. Les perspectives européennes actuelles inquiètent notre continent tout entier, ce que confirment tous mes entretiens avec des représentants politiques des pays de la circonscription, et les évolutions choisies dessineront son avenir. François Hollande pourrait jouer un rôle important dans cette construction, alors même que l’avenir de la zone euro est en jeu.

Les échanges avec la salle ont été très riches, avec des demandes d’éclairage sur la dose de proportionnelle éventuellement applicable aux élections législatives de 2017, la configuration de l’Union pour la Méditerranée, la circulaire de Claude Guéant concernant les étudiants étrangers en France, la politique culturelle de la France à l´étranger, le financement du maintien du service public, le rééquilibrage du couple franco-allemand, la compétitivité des PME françaises, les contours de la taxe sur les transactions financières, la lutte contre la corruption et les paradis fiscaux, l’encadrement des loyers en France, la fin de la Françafrique, les hypothèses de croissance. Outre les réponses apportées à ces questions, les formes de la représentation politique des Français de l’étranger a inspiré plusieurs des derniers propos échangés.

Peut-être plus encore que par le passé, les autres pays s’intéressent aussi à l’élection présidentielle en France. C’est vrai en Suède, et la section de Suède du Parti Socialiste vous invite à venir assister à un petit-déjeuner politique le 4 avril prochain à ABF (de 8h à 9h) où Ingrid Hedström, journaliste et ancienne correspondante européenne du quotidien Dagens Nyheter, tiendra une conférence sur « Hollande tar över Frankrike ? ». Pour vous inscrire, merci de contacter Hans Kilsved (hans.kilsved@comhem.se). A noter : la conférence sera en suédois. Je ne pourrai pas personnellement y participer, mais j’encourage tous les Français suédophones à se retrouver pour ce début de journée le 4 avril.

http://hollandeffe.wordpress.com/

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.