Soutenez le PS

Adhérez au PS

Un petit-déjeuner politique avec la journaliste suédoise Ingrid Hedström


 

Quoi de mieux que de commencer la journée avec un débat politique, un petit café ou thé, accompagné de pâtisseries? Vous me direz, cela dépend du débat et des débattaires. Mais là, en l’occurrence, le thème retenu avait beaucoup pour plaire au militant socialiste matinal, résident à Stockholm : les présidentielles 2012 en France.

 

Avec donc un léger soupir de soulagement etde fierté, voire d’aisance avec le sujet, que seul peut ressentir l’expatrié lorsque son propre pays est évoqué par des étrangers, nous nous présentions donc à la conférence, où nous pûmes distribuer quelques programmes de François Hollande à l’assistance. En plus, après avoir été présentés au maitre de cérémonie, il nous désigna, content de notre présence, rapidement au public.

 

Si donc, nous étions satisfaits de notre venue, nous, les deux représentants de la section, nous n’étions apparemment pas les seuls à l’être. La salle de conférence était bondée par une audience suédoise.  Il ne manquait plus qu’un peu de fumée de cigarette et des parquets poussiéreux et l’on se serait cru à la Sorbonne avant les années 2000. Bref, cela s’engageait bien. Le sujet attirait.

 

Et cela s’est bien poursuivi.  Combien, ô combien plaisant ne fut-il pas d’entendre une observatrice politique étrangère prognostiquer la victoire du candidat socialiste aux élections présidentielles ?  Durant quarante-cinq minutes Mme Hedström dressa un constat aiguisé du paysage politique français.

 

Autorisons-nous un léger raccourci sur sa présentation de l’arrière-plan politique de la société francaise. Complète. Voire mordante. La tradition du dirigisme étatique proprement française, la société patriarcale qui persiste malgré le féminisme, les syndicats faibles, etc.

 

Nous avons toutefois réagi lorsque la journaliste du quotidien Dagens Nyheter, évoqua sa perplexité face à un phénomène. Malgré toute l’histoire révolutionnaire de la France, son héritage gréviste et ses mouvements sociaux remarqués dans le monde entier, comment expliquer que les partis de Gauche, sociaux par essence, n’aient jamais réellement réussi à récupérer politiquement l’exaspération passée en actes de beaucoup de Français? N’est-il pas étrange qu’une majorité de gouvernements français aient été des gouvernements conservateurs, se demandait-elle.

 

Elle expliqua ce paradoxe de la manière suivante: la tendance des élites, notamment politiques, à se reproduire entre elles et à laisser de côté la population. Nous aimerions oser l’explication suivante, moins farouche :  n’existerait-il pas une préférence proprement latine sous ce phénomème, à savoir que les Français, individualistes pour le meilleur et pour le pire, ne se laissent pas facilement embrigader ?

 

Des tréfonds de l’âme francaise à ses représentants. Quels sont les candidats à la magistrature suprême de la France? De la gauche à la droite, de la droite à la gauche. Un panorama. Avec une description du caractère spécifique des élections présidentielles qui gagnent dans la personnalisation ce que les idées y perdent, mais qui sont le centre de toute la vie politique francaise. Tout tourne en France autour du président de la République, expliquait Ingrid Hedström.

 

C’est vrai, et c’est pourquoi, après un tel constat, nous sortions doublement rassurés de la réussite de la conférence. Nous disons doublement car, après avoir entendu cet exposé exhausif, nous pûmes aussi nous présenter succintement une deuxième fois, le PS ainsi que la section de Stockholm. Nous avons présenté Christophe Premat, qui bientôt lui aussi tiendra une conférence à la maison ABF à Stockholm, en sa qualité de suppléantde notre candidate aux législatives, Axelle Lemaire.

Faisons tout pour que la gauche soit au pouvoir en France!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.