Soutenez le PS

Adhérez au PS

La langue suédoise dans les épreuves du concours d´entrée à l´ENA

Nous pourrions dire que c´est un détail, mais la question écrite d´Axelle Lemaire à l´Assemblée Nationale sur l´introduction du suédois dans les épreuves d´entrée au concours de l´ENA a son importance. En effet, cela permettrait d´augmenter l´intérêt de la haute administration pour un pays scandinave souvent cité en exemple. Cela serait également de nature à favoriser l´irrigation de nouvelles idées au sein de notre administration.

Voici le texte de la question écrite de la députée que nous reproduisons ici (question écrite 17 333), source de l´information: http://questions.assemblee-nationale.fr/q14/14-17333QE.htm

Mme Axelle Lemaire attire l’attention de Mme la ministre de la réforme de l’État, de la décentralisation et de la fonction publique sur le programme de l’épreuve de langue au concours d’entrée de l’École nationale d’administration (ENA). L’arrêté du 13 octobre 1999 relatif aux épreuves de langue vivante étrangère des concours d’entrée à l’École nationale d’administration dispose dans son article 1er que les épreuves de langue vivante étrangère aux trois concours (externe, interne et troisième concours) « portent, au choix du candidat, sur l’une des langues suivantes : allemand, anglais, arabe classique moderne, chinois, danois, espagnol, grec moderne, hébreu, italien, japonais, néerlandais, polonais, portugais et russe ». Ce texte n’explicite pas les critères de sélection des langues figurant au programme des épreuves de sélection. Ainsi, il peut paraître étonnant que le suédois, parlé par neuf millions de locuteurs et compris par les habitants de toute la Scandinavie, ne soit pas au programme du concours, à l’inverse du danois par exemple, parlé par 5 millions de locuteurs. Elle lui demande s’il peut être envisagé d’ajouter la langue suédoise à l’épreuve de langue vivante du concours d’entrée, ce qui permettrait d’élargir le champ de la sélection linguistique pour les candidats et de refléter l’importance du dialogue diplomatique et politique qui nourrit les échanges entre la France et la Suède. Elle souhaite connaître son avis sur cette question.

Voici quelques éclairages que nous souhaiterions apporter à cette question

Selon le bureau national des statistiques (SCB), la Suède compte 7.7 millions de personnes dont le suédois est la langue maternelle et 1.35 millions de personnes nées à l´étranger et ayant une autre langue maternelle (16% de la population). Les publications en suédois sont relativement importantes comme en témoignent ces chiffres de 2008 : 168 journaux suédois (paraissant au moins trois fois par semaine), 26 182 livres et revues publiés en suédois. 86% de ces livres en suédois sont en langue originale et 14% proviennent de la traduction d´une autre langue. La base de données Index translationum de l´UNESCO recense 31 474 traductions vers le suédois et 31 358 provenant du suédois.

Le suédois dispose également d´une très bonne visibilité sur le net, c´est la onzième langue utilisée sur Wikipedia et il fait partie des 20 langues les plus importantes utilisées sur internet (médias sociaux en particulier) alors que c´est la 85e langue du point de vue du nombre de locuteurs.

Il est important de ce point de vue de stimuler l´intérêt pour le suédois et de favoriser le multilinguisme dans ces concours d´entrée pour éviter de tomber dans le piège des prétendues grandes langues. L´ouverture d´esprit passe par la connaissance de plusieurs langues, les hauts-fonctionnaires ne sauraient faire exception à cette règle.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.