Soutenez le PS

Adhérez au PS

Conférence de Pierre Moscovici à Handelsögskolan

À la tête de la délégation française, notre Ministre de l’Économie et des Finances Pierre Moscovici était lundi 25 mars en déplacement à Stockholm pour rencontrer les responsables politiques suédois et échanger sur les réformes de l’État et sur la modernisation de l’Administration menées par la Suède ces vingt dernières années.

Un compte-rendu de ce déplacement est proposé sur le site de l’Ambassade de France.

Mosco_06-e0e19

Pierre Moscovici à la résidence de France accompagné de Marylise Lebranchu, Ministre de la Réforme de l’Etat, de la Décentralisation et de la Fonction publique et de Bruno Le Roux, président du groupe PS à l’Assemblée nationale. © Copyright Ambassade de France en Suède.

 

Le Ministre a également répondu favorablement à l’invitation de la prestigieuse école de commerce de Stockholm, Handelsögskolan, en y tenant une conférence publique sur les réformes entreprises par le gouvernement. Cette conférence est l’objet de notre article.

Mosco_04-7c1aa

“France, Europe : Separating facts from fiction”. Stockholm School of Economics, Monday 25 March 2013. © Copyright Ambassade de France en Suède

 

Après avoir dressé l’inquiétant bilan économique des dix années séparant son départ du gouvernement en 2002 et le retour du Parti Socialiste aux responsabilités en 2012, le Ministre s’est attaché dans son discours à présenter les grands axes des ambitieuses réformes entreprises depuis les dix premiers mois de la mandature. Quatre points essentiels ont été développés que nous allons essayer de résumer ici ; l’intégralité du discours est accessible sur le blog du Ministre.

 

  1. 1.    L’équilibre des comptes publics.

  Un pays endetté est à la merci des marchés ce qui menace sa souveraineté et hypothèque l’avenir de ses enfants ; un pays endetté ne peut proposer un service public de qualité. La promesse de campagne de François Hollande d’avoir un budget équilibré en 2017 sera réalisée. Les six premiers mois, six textes ont été promulgués, parmi lesquels une transposition en loi nationale du traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance. Une telle priorité et de tels efforts n’avaient pas été entrepris en France depuis plus de 20 ans. Cette pleine maîtrise des dépenses publiques a déjà permis de limiter le déficit de la France et permettra d’atteindre un déficit inférieur à 3% en 2014.

 

  1. 2.    La compétitivité de l’économie française.

 Un budget équilibré est certes nécessaire mais, pour restaurer la compétitivité de l’économie française mise à mal ces dix dernières années, il doit être fait plus. Les réels atouts de la France qui font d’elle la deuxième puissance économique européenne et la cinquième puissance mondiale doivent être rendus plus attractifs. Il a été proposé en novembre le « Pacte National pour la Croissance, la Compétitivité et l’Emploi » comprenant 35 mesures concrètes qui permettront, entre autres, une réduction sans précédent du coût du travail, un engagement de stabilisation fiscale pour les entreprises durant les cinq années du quinquennat, une simplification de la réglementation, une forte incitation fiscale en faveur de l’innovation et de la recherche.

Stockholm-20130325-00004-550x412

 3.    Les réformes structurelles de l’État.

De nombreuses réformes structurelles sont nécessaires pour équilibrer les comptes et soutenir la compétitivité. Trois d’entre elles ont été présentées :

La réforme des retraites. Après un ajustement de la réforme de 2010 du précédent gouvernement revenant ainsi sur les injustices à l’encontre des travailleurs ayant commencé à travailler très jeunes, le gouvernement attend, avant d’entamer les discussions avec les partenaires sociaux, les conclusions prévues en juin 2013 du comité de réforme des retraites qui a été mis en place. Les décisions seront prises avant la fin de l’année.

La réforme du marché du travail est l’objet de la deuxième réforme structurelle majeure. Les négociations ont abouti le 11 janvier et un projet de loi sera présenté au Parlement avant l’été. Cet accord historique renforcera la sécurité de l’emploi des salariés par des mécanismes négociés. L’accord leur permettra également d’être mieux formés aux évolutions du marché et renforcera le pouvoir de leurs représentants. En parallèle, la sécurité juridique des entreprises et leurs marges de manœuvre seront élargies. Une réforme du marché du travail établie avec l’accord des parties prenantes est peut-être évidente en Suède mais inhabituelle pour la France et représente un grand succès pour le gouvernement.

La modernisation de l’action publique, objet de la visite officielle en Suède, aboutira, pour limiter les prélèvements obligatoires déjà très élevé en France, à un meilleur contrôle des dépenses de l’ensemble du secteur public. Il s’agira de simplifier les normes et les charges administratives et d’évaluer strictement l’efficacité des dépenses publiques.

Stockholm-20130325-00183-550x412

  1. 4.    La stabilisation de l’euro.

 La Commission européenne prévoit une poursuite de la récession pour tous les États membres de la zone euro. L’intégrité, la stabilisation et la reprise de la zone euro sont indispensables à la politique économique mise en œuvre. La France et l’Allemagne peuvent montrer le chemin vers une meilleure coordination entre les différents pays. Le défi pan-européen doit être relevé, un climat de reprise et de croissance doit être recherché, des réformes d’envergures seront nécessaires. 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.